Jeanne Causse

un parcours engagé dans l'humanitaire

 "Jamais l'allemand ne cessera de me servir"

 

Dès la classe de sixième, Jeanne a un coup de cœur pour l’allemand. Elle comprend très vite que cette langue est un atout, et décide de suivre une option d’allemand qui s’ajoute à la section européenne anglais pour son bac L, qu’elle obtient en septembre 2014. Au début, Jeanne voulait être journaliste. Elle découvre cependant qu’il est compliqué d’entrer dans une école spécialisée directement après le bac.

 

Elle voit alors en la double licence Allemand/Histoire organisée par Paris 3 et Paris 7 un bon compromis entre l’allemand, une langue qu’elle côtoie depuis le début de sa scolarité, et l’histoire, une discipline qui la passionne. Dans nos échanges, elle me parle très vite de tout ce qui lui a plu dans cette formation.  Le point fort de la licence d'Allemand ? L’acquisition d’une très bonne connaissance de l’aire culturelle germanophone grâce aux cours d’histoires, de civilisation et de littérature. 

 

Jeanne a profité du programme Erasmus pour passer sa troisième année de licence à la Humboldt Universität de Berlin, pour une année universitaire complète, de septembre à juillet. Enchantée, elle me parle de cette période comme étant « la meilleure expérience de sa vie ». Je comprends le sens de ces paroles enthousiastes quand elle me raconte la suite de son parcours. Son séjour d’études à Berlin a eu lieu en pleine crise migratoire entre 2016 et 2017, dans un pays dont la population est vieillissante et qui souhaite à l’époque accueillir 800 000 réfugiés. C’est dans ce contexte qu’elle trouve sa voie et dans cette ville cosmopolite qu’elle s’ouvre sur le monde, qu’elle commence à s’intéresser aux questions humanitaires et aux crises politiques dont découlent les migrations. C’est donc tout naturellement qu’elle s’engage alors dans l’associatif, et met les relations internationales et la géopolitique au centre de ses intérêts.

 

Elle continue ses études et enchaîne avec un Master 1 de géopolitique et de relations internationales à l’Institut Catholique de Lille. Les cours qu’elle suit sont très variés, elle y étudie la défense, la sécurité, l’humanitaire et la géopolitique. Elle décide de traduire son attrait pour l’humanitaire par un volontariat d’une durée de 2 mois dans la clinique du camp de réfugiés Moria en Grèce, qu’elle qualifie de « destructeur ». Sur place, elle interprète le français des réfugiés originaires d’Afrique à l’équipe de médecins anglophones, envoyés par une ONG.

 

A son retour, elle s’inscrit à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et suit un master dans l’humanitaire, grâce auquel elle se prépare au management d’équipes sur le terrain dans des lieux de crises. Elle voit cette formation comme complète parce qu’elle mêle le théorique au technique. Dans ce cadre, elle monte avec ses camarades un premier projet humanitaire complet en partenariat avec une ONG. Ainsi, elle se voit confrontée à toutes les questions organisationnelles, de l’identification des problèmes jusqu’à la résolution des questions budgétaires.

 

Parallèlement à son master, elle réalise un service civique en alternance pour l’association Utopia 56. Ainsi, elle coordonne pendant 7 mois des actions avec et pour les réfugiés, telles que des maraudes. L’allemand l’y a aidée à se démarquer des autres bénévoles de l’association, en lui permettant de communiquer avec un nombre important de réfugiés qui avaient vécu une ou deux années en Allemagne avant d’arriver en France. Elle rédige ensuite son mémoire de master, qui met en relation la situation psychologique des migrants avec l’échec de la politique européenne migratoire.

 

Après un parcours plutôt organisé, complet et varié, Jeanne prépare actuellement une année plus libre pendant laquelle elle compte voyager à travers toute l’Amérique du Sud.

 

En faisant le bilan de toutes ces années, elle me confirme qu’elle ne regrette pas du tout son parcours en étude germanique avant de s’être réorientée. L’exigence des enseignants en cours de grammaire et de traduction lui ont permis d’acquérir une bonne maîtrise de la langue « sous tous ses rouages » comme elle le dit bien. Elle se réjouit d’avoir l’allemand et sa grammaire comme acquis, cela lui ayant permis de se consacrer à l’apprentissage de l’arabe en L1, et plus récemment de l’espagnol. Elle termine son témoignage en affirmant à nouveau que l’allemand ne cessera pas de lui servir. 

chp (déc. 2019)