Lettre d'ailleurs

 

 

L'année dernière, j'ai décidé de prendre mon envol et de postuler pour partir en ERASMUS et mon dossier a été accepté ! Je suis donc depuis octobre à Fribourg-en-Brisgau dans le Bade-Wurtemberg.

 

Seulement trois mois que j'habite ici et pourtant tout a déjà beaucoup changé... Je me sens tellement différente. Je suis encore moi mais je ne suis plus tout à fait moi non plus. C'est un sentiment vraiment très étrange et avec lequel je ne suis pas toujours très à l'aise : je suis en pleine mutation. ERASMUS est un accélérateur de maturité incroyable. Ici, j'ai davantage d'indépendance qu'en France, je suis livrée à moi-même en quelque sorte et cela me permet de grandir !

 

À Fribourg, je me remets en question et je me rends compte de certaines choses, choses dont je n'avais pas tellement conscience avant : certaines choses qui étaient importantes ou du moins que je considérais comme telles ne le sont plus vraiment, d'autres choses qui me semblaient peut-être moins importantes ont pris de la valeur. Au fond, qu'est-ce qui est essentiel ? Qu'est-ce qui est vraiment important ? Et si nous voyions les choses différemment ? Et si nous changions notre angle de vue ? Finalement, ERASMUS me permet de me découvrir moi-même.

 

À la question « qu'est-ce qu'ERASMUS ? », j'ai envie de répondre qu'ERASMUS, c'est avant tout la rencontre avec l'autre, des rencontres qui forgent et qui vous remettent en question. Disons que j'apprends à voir le monde différemment. Quand j'ai fêté mon anniversaire, nous étions cinq pays différents (Allemagne, Pologne, Italie, Angleterre et France) et cela l'a rendu exceptionnel. J'ai eu la chance de pouvoir fêter mes 20 ans à l'étranger, 20 ans rime bien avec ERASMUS !

 

À Fribourg, j'apprends l'Allemand sur le terrain et plus dans une salle de cours. Je suis persuadée que l'immersion est le meilleur moyen d'apprendre une langue. D'ailleurs, j'ai fait de gros progrès. Je peux également construire une nouvelle vie dans un endroit où je n'ai aucune histoire et aucun passé. C'était important pour moi d'aller dans une ville que je ne connaissais pas.

 

Je suis rentrée en France pour les fêtes de fin d'année et je dois dire que le retour a été difficile. Un sentiment de vide m'a envahie pendant quelques jours. Le décalage avec ERAMUS est immense.

 

Bien sûr, tout n'est pas rose et il y a des côtés plus sombres (les cours notamment), parfois je me sens complètement « paumée » et abandonnée. En venant ici, j'ai perdu beaucoup de mes repères. C'est fou, comme à environ 600 kilomètres, cela peut être si différent. En soi, c'est moins loin que Marseille !

 

En tout cas, peu importe ce qu'on pense de l'Europe, je crois qu'on peut, je crois qu'on doit tous reconnaître qu'ERASMUS est une grande réussite de l'Europe. Si l'Europe a réussi une chose, c'est bien celle-là. Parce que finalement mon pays, eh bien c'est l'Europe.

 

 

 

Je recommande à tout le monde de faire un ERASMUS parce que ça change la vie (et en bien !).