Nouveau campus de P3 à Nation

Une ouverture de principe au bio-local

Rencontre avec Mme Tasmine Fernando – vice-présidente chargée de l’immobilier à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3  pour échanger avec elle à propos du cahier des charges de la restauration collective sur le nouveau site. Constat : une ouverture de principe au bio-local.

 

Le nouveau site sera-t-il bio-local ? Pour le restaurant universitaire, l'université n'a pas la main sur les menus proposés par le CROUS. Il va être difficile d’introduire des menus totalement bios ou des formules véganes, mais la loi prévoit désormais une obligation de 40% de « produits durables » (incluant notamment les circuits courts) et un minimum de 20% de produits issus de l’agriculture biologique dans tous les points de restauration collective, à compter du 1er janvier 2020. 

De plus, le CROUS de Paris a signé le PAQVEPS (projet d’amélioration de la qualité de vie étudiante et de promotion sociale) qui évoque les circuits courts. Il est en outre possible pour l'université d’intégrer des critères bios et durables dans le cahier des charges des cafétérias (hors CROUS) du prochain site de l’université, ainsi que pour les distributeurs automatiques.            

Des projets en faveur de la limitation des déchets (préférer les tasses individuelles plutôt que les gobelets en plastique dans les machines à café, par exemple) sont-ils à l'étude ? 

C’est une très bonne idée ! Il sera potentiellement possible d’intégrer cette proposition dans le cahier des charges, avec par exemple la possibilité d’une réduction, si nous utilisons notre propre tasse, d’autant que c’est un modèle qui est en place et qui fonctionne déjà ailleurs.

 

Le bâtiment pourra-t-il être voué à évoluer, notamment via une végétalisation voire par exemple la création d'un potager sur le toit ? Puisque le projet s'inscrit dans une démarche HQE (haute qualité environnementale), les terrasses et toitures des bâtiments seront végétalisées ; ce qui permettra ainsi de favoriser naturellement la production d’oxygène. Par contre, il ne sera pas possible d’y installer des potagers, en raison de la conception architecturale (charge au sol notamment).

 

Toutes ces évolutions prévues sur le prochain site de l’Université de la Sorbonne Nouvelle semblent encourageantes, et en faveur d’un monde durable. Merci d'avoir répondu à nos questions !

eml


Des paniers bios à Censier

Mangez cinq fruits et légumes par jour, mangez bio, mangez de saison, mangez local !

 

Un repas à deux (ou à trois ?) en amoureux ? un repas de famille ? ou une assiette de pâtes aux courgettes devant Des Chiffres et des Lettres ? Pas de problème, les paniers bios s’adaptent à toutes les faims, ils existent en trois tailles (en moyenne : 2,5 kg ; 3,9kg ;  5,7 kg pour un prix de respectivement 11 ; 15,80 ; 22,65 euros) contenant de nombreux légumes et quelques fruits.

 

Parce que le RU Censier n’est pas ouvert le soir, et que mêmes les meilleurs pages de Marc Lévy restent somme toute assez indigestes, la librairie Palimpseste, bien connue des habitué.e.s de la rue Santeuil, vous propose tous les mercredis, vendredis et samedis de venir récupérer un panier de fruits et légumes bios ET de saison !

 

La librairie est en effet un des nombreux points de dépôt de l’association Les Paniers Bio du Val de Loire qui regroupe près de quarante producteurs de la région Centre – Val de Loire. Parmi eux : des fermes familiales, des jardins  d’insertion par le travail de personnes en difficulté, un lycée horticole… Gérée de façon participative et démocratique, l’association a développé de nombreux partenariats avec d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire favorisant entre autres la (ré)insertion sociale et professionnelle de personnes en situation de précarité et d’exclusion.

 

Alors jetez ces coupons pour un hamburger et une grosse frite que vous n’utiliserez de toute façon jamais et ressortez votre daubière du placard ! Si vous n’êtes toujours pas convaincu.e, allez faire un tour sur le site de l’association, qui propose de délicieuses recettes de saison. Vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas manger cinq fruits et légumes par jour !

 

lel


On l'a testé pour vous

Le food-truck du Jardin des plantes


Dans un camion aménagé, garé à l'entrée du parc, une petite équipe du Crous sert des hamburgers et des sandwichs aux promeneurs et aux étudiants, qui bénéficient alors de réductions (-1,90€ sur la formule.) 

 

Malheureusement, celles-ci ne concernent pas le burger végétarien, qui revient à 7 euros pour un résultat peu enthousiasmant, avec deux galettes de pomme de terre surgelées, noyées dans une sauce mi-ketchup mi-moutarde. Malgré l'annotation "100% préparé maison" inscrite bien en évidence sur le camion, le sac de frites surgelées sur la table en début de service ne laisse que peu de doutes quant à la véracité de cette affirmation. Impossible d'en savoir plus sur la provenance ou la préparation. Les tomates, peu mûres, semblent être coupées sur place, guère davantage. Peut mieux faire ?  

 

cle, geg