Nostalgie

9 heures du matin, le réveil sonne. Quelques rayons du soleil parviennent à passer entre les planches des volets et commencent à éclairer l’appartement. J’entrouvre difficilement les yeux puis sors finalement de mon lit. La fraîcheur du matin se fait immédiatement sentir. J'attrape la couverture la plus proche, enfile une paire de chaussons puis pars me préparer une tasse de thé. La douce chaleur de la boisson réchauffe mon corps tout en le réveillant tandis que les rayons du soleil insistent de plus en plus pour que je les laisse entrer. Je me décide enfin à ouvrir ma fenêtre, soulever le loquet et ouvrir les volets. Quelques éclats de peinture blanche chutent des planches. Je m’appuie contre mon garde de corps afin d’observer la ville qui s’éveille. La lumière met en évidence le désordre qui envahit mon appartement. La soirée entre amis de la veille s’est visiblement terminée dans mon salon pour une bonne partie de la nuit. Il faut dire que le concert d’hier soir était extraordinaire. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas fait une soirée entre amis sans les enfants. J’avais l’impression de revivre mes vingt ans, lorsque nous enchaînions les sorties  sans se soucier du lendemain ou de l’avenir. Depuis, presque 10 années se sont écoulées, certains amis sont partis , quelques-uns sont toujours là et d’autres sont arrivés au fil du temps. Malgré toutes nos péripéties, les souvenirs restaient gravés bien précieusement dans nos cœurs. Il faut dire que nous en avions vécus des aventures. Certains sont là depuis la maternelle, d'autres sont arrivés plus tard mais tous ont une place importante. Je me souviens encore de nos premières soirées ensemble, notre entrée à l’université, nos premiers cours puis cette année que j'ai l'habitude de qualifier de  “bond dans le temps” durant laquelle nos chemins ont été éloignés de force. Les confinements, couvre-feu et gestes barrières sont venus se mettre sur la route de ce qui devaient être nos plus belles années. Notre amitié, elle, a survécu à tous ces obstacles. Lors de nos retrouvailles , malgré les masques qui cachaient nos sourires, les rires ne résonnaient que de plus belle dans les couloirs. A partir de ce moment, nous savions que la seule chose que nous voulions c’était profiter le plus possible et vivre notre vie sans penser au lendemain. C’est ce que nous avons essayé de faire au maximum. Nous avons bien grandi depuis cette époque… Certains sont aujourd’hui mariés et parents, d’autres vivent toujours une vie de bohème mais tous sont heureux dans leur vie. La soirée d’hier nous a permis de nous retrouver comme au bon vieux temps. Le débat entre bar, boîte de nuit ou concert fut animé mais nous avons fini par trancher et choisir la troisième option. Comment rater un concert auquel les idoles de notre jeunesse prenaient part. Je pense qu'inconsciemment nous essayons de rattraper toutes ces années qui nous ont été volées, même si au fond de nous, nous savons tous qu’elles sont irrattrapables.

Un coup de vent traverse l’appartement et me ramène à la réalité. Il est déjà presque 10 heures. Il est l’heure d’aller récupérer les enfants chez leurs grands-parents. Ils étaient si heureux de passer le week-end chez eux. Ils sont allés à la ferme acheter des œufs et du beurre afin de cuisiner de bons gâteaux. Depuis leur plus jeune âge nous essayons de leur inculquer le fait de consommer local, de penser à l’environnement et surtout d’aider les petits producteurs et créateurs. Ce soutien se fait sentir lorsque l’on regarde notre appartement. Légumes bios, cotons lavables, bouteilles en verre… J’étais devenue ce que j’aurais appelé il y a dix ans “le cliché du bobo parisien” et pourtant, ma vision des choses avait tellement changée lors de cette pandémie. Et ce n’était pas la seule chose qui avait changé ! Le bruit des voitures se faisait de plus en plus rare, laissant place aux vélos et aux transports en commun. Les personnes avaient de nouveau appris à apprécier la nature ainsi que les choses simples de la vie. Les gens souriaient plus qu’autre fois, le contact humain est aujourd’hui au centre de toutes nos priorités et la solidarité est devenue primordiale au quotidien. La fête des voisins est même devenue l'événement incontournable de l’année. J’espère que ce climat continuera à se répandre afin que mes enfants, eux, puissent vivre à fond leur jeunesse.

L’horloge sonne, 10 coups, il est temps de partir récupérer les enfants ! J’enfile un sweat, une paire de baskets, attrape les clefs sur le buffet et sors de mon appartement, refermant la porte sur mes pensées et tous ces souvenirs qui me font doucement sourire.

 

AXS