Et qu’en disent les autres ?

L’origine des concepts de démocratie et démocratisation de la culture prend cœur dans la lutte contre les inégalités liées aux pratiques et à l’accès à la culture. Il existe des ouvrages expliquant et décrivant ces nouveaux enjeux et phénomènes culturels.

 

Dans l'ère française

Le livre d’Yves Marchand L’Art à l’État Gazeux tente d’expliquer ce qu’est l’art et les évolutions

de la définition de cette dernière. Pour comprendre comment un processus de démocratisation de la culture s’opère, il est important de comprendre et de définir -tant et bien- ce qu’est l’art, et ce qu’il représente à notre époque.

Dans l’essai de Jean Caune La démocratisation culturelle : Une médiation à bout de souffle, ce dernier tente, à l’aide de micro-fictions placées en début de chaque chapitre, d’expliquer les liens entre l’objet d’art, l’action culturelle et la démocratie culturelle. Ces liens permettent de définir et d’expliquer les transformations des actions culturelles, faisant naître les limites du processus de démocratisation culturelle, sur lesquelles il écrit d’ailleurs page 14 : „ Une histoire de la démocratisation culturelle est achevée, et nous n’en avons pas pris collectivement conscience“. Ce qui est intéressant à lire est qu’il considère que l’action culturelle devient un outil pour régler les problèmes sociaux. Ainsi, il conclut que l’utilisation du terme de „démocratisation culturelle“ ne veut presque plus rien dire, et qu’il s’agirait de recréer une nouvelle dynamique.

Visuel ©Pauline Krasniqi
Visuel ©Pauline Krasniqi

Pour répondre à ces questions concernant l’action culturelle, l’art, le public ou les publics, ou encore la diversité culturelle, l’Observatoire des Politiques Culturelles est une revue disponible en consultation sur Cairn. Sous la forme d’articles abordant toutes les questions relatives à ces termes si polysémiques, les différents articles apportent un regard critique mais aussi bienveillant sur ces changements dans l’action culturelle.

 L’Oeuvre d’André Malraux est aussi à découvrir, puisqu’on peut le considérer comme initiateur de la démocratisation culturelle des Arts. Le Musée Imaginaire et Les Voix du Silence sont tous deux des ouvrages écrits dans les années 50 par Malraux. Grand écrivain et passionné d’art, il a beaucoup influencé le partage de la culture artistique française grâce à sa position de Ministre de la Culture dans le gouvernement du Général de Gaulle. Voici pour finir cette citation d’André Malraux, concernant l’héritage culturel : 

« L’héritage culturel n’est pas l’ensemble des œuvres que les hommes doivent respecter mais de celles qui peuvent les aider

à vivre. […] Tout le destin de l’art, tout le destin de ce que les hommes ont mis sous le mot culture, tient en une seule idée :

transformer le destin en conscience »

Discours du 21 juin 1936 à Londres, prononcé au secrétariat général élargi de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la Culture.

Dans l’ère germanique :

Il existe beaucoup d’ouvrages concernant le lien entre les enjeux politiques et la culture. Dans l’ère germanophone,  Carsten Brosda, sénateur du SPD -équivalent d’un ministre- de la culture du Land de Hambourg (Senator der Hamburger Behörde für Kultur und Medien), a écrit un ouvrage appelé Die Kunst der Demokratie : Die Bedeutung der Kultur für eine offene Gesellschaft. Cet essai rend compte des problématiques politiques actuelles, comme par exemple, la montée des idées populistes, et des réponses possibles à ces enjeux. Carsten Brosda affirme le rôle clé de la culture, en plaçant notamment les institutions culturelles comme moteurs de diffusion permettant de changer ces dynamiques. Mais les réponses que donne l’auteur ne sont pas définitives ; cet ouvrage, grâce à la multiplicité des domaines traités (histoire, politique, art), élargit la pensée du lecteur·rice, et lui donne des outils afin d’étoffer ses réflexions concernant la culture.

 

Le monde du théâtre joue aussi un rôle prépondérant dans la diversité culturelle. Dans l’essai Sorge um das Offene : Verhandlungen von Vielfalt im  um mit Theater, écrit par Julius Heinicke, ce dernier se questionne sur le rôle du théâtre dans le processus de diversification culturelle. Il affirme que la scène théâtrale devient une sorte d’entremetteur, de médiateur. Cet essai est marqué par la comparaison de l’art théâtral en Allemagne et en Afrique du Sud, permettant alors de poser les questions du centralisme européen, de la colonisation, ou encore du racisme.

 L’ambivalence de ces questionnements et réflexions peuvent se retrouver sur le site kubi-online.de, considéré comme une sorte de collection d’articles portés sur l’Art, les actions culturelles, et l’éducation culturelle -en allemand, Kulturelle Bildung-. L’article Partizipation – Anspruch und Herausforderung für die Bildungskonzeptionen politischer und Kultureller Bildung, écrit par  Sabine Dengel et Thomas Krüger en 2019, affirme l’importance d’une éducation politique et culturelle basée sur la participation individuelle et collective. Ce concept -die Partizipation- inclut l’idée d’un échange participatif, permettant la construction de la pensée aux regards des autres pensées. Dans cette perspective, deux sortes d’éducations sont confrontées : l'éducation politique et l’éducation culturelle, intrinsèquement reliées. Les mots “culture/Kultur”, “éducation/Bildung”, et “politique/Politisch” sont définis l’un avec les autres, et soulèvent d’autres questions particulièrement actuelles, comme celle des jeunes et de leur utilisation des nouvelles technologies, ou encore celle de l’éducation transculturelle -”Transkulturelle Bildung”-. 


Il est difficile d’écrire une liste exhaustive de toutes les questions et réflexions que les termes de démocratie et de démocratisation culturelle soulèvent. Cependant, ces différentes pensées permettent de dépeindre un paysage hétérogène de conceptions de la culture, ces utilisations, et son lien irrépressible avec l’action politique. 

 

PK